Rendez votre maison intelligente – partie 3

On touche au but. Votre système domotique est déjà parfaitement correct, évolutif et capable de répondre à tous vos besoins d’automatisation, de sécurisation et de vous donner toutes les infos que vous voulez sur l’état de votre foyer.

Si vous débarquez ici sans être passé par les précédents articles, voici les liens pour commencer par le début :

Que peut-on désirer de plus ?

Excepté, bien entendu, une Bugatti. Qui ne rêve pas d’une Bugatti ?

Ou bien un accès plus simple à la domotique.

C’est pas forcément très pratique de devoir constamment attraper son téléphone, aller sur la page web de son serveur Domoticz et scroller jusqu’à trouver l’information ou l’interrupteur que l’on cherche. C’est encore moins pratique de devoir allumer son ordinateur, se connecter, virer les trucs qui s’affichent sans qu’on le leur demande, attendre un peu que Windows ait fini de démarrer tous ses process et là, seulement, ouvrir un navigateur web, aller sur la page… bref… c’est super casse-couille en fait.

Mais vous n’avez pas à subir cela. Nous n’avons pas à subir cela !

On a tous vu et rêvé de ces consoles/écrans futuristes collés contre les murs des maisons ou lofts super modernes. Et avec une élégance incomparable, d’un glissement de doigt délicat sur le verre tactile, il est alors possible de tamiser la lumière, fermer les stores, lancer la lecture d’une musique d’ambiance feutrée, style Patrick Sébastien…

* Le petit bonhomme en mouss-euuuu… *
– Euh, Cri-cri, tu voudrais pas baisser un peu le son ?

Et bien ce rêve est à votre portée !

Les tablettes, ça ne sert à rien. À part, peut-être…

Déjà, il faut vous trouver une tablette pas nécessairement très performante et qui ne vous manquera pas lorsque vous l’aurez vissée pour l’éternité dans le mur de votre salon ou de votre couloir ou de vos toilettes — bon, les toilettes, c’est un peu étrange.

J’en avais deux en stock. J’en ai choisi une, une Google Nexus de 7 pouces — peut-être que la vieille Motorola Xoom finira de la même façon sous peu, dans une autre pièce de la maison — et je l’ai plantée dans le mur. J’ai fait venir une arrivée électrique, un transformateur 220V > 5V et voilà : j’ai mon petit écran tactile alimenté en permanence, mais qui ne fait encore rien du tout.

La suite consiste à installer Dashticz sur votre serveur domotique ou sur un serveur web tiers — chez moi c’est hébergé sur mon NAS, mais peu importe —. Dashticz est une application web dont le but est de permettre la création de tableaux de bord super évolués, super propres et adaptés aux affichages tactiles types tablettes, pour la consultation et le pilotage de votre système Domoticz.

Je ne vais pas entrer dans les détails, parce que les détails c’est long, technique, ennuyeux, mais vous pouvez regarder par-là : https://www.domoticz.com/wiki/Dashticz_V2_-_Installation C’est vraiment un super projet, ça fonctionne très bien et il y a beaucoup de documentation et d’exemples. Si vous êtes arrivés jusqu’ici, vous ne pourrez pas vous perdre avec ça. C’est très très bien fait.

Des lumières hautes en couleur !

Parlons d’un autre élément important : l’ambiance.

Vous avez des tas de capteurs, vous pouvez éteindre ou allumer partiellement vos éclairages, mais peut-être que vous pourriez aussi les teinter à loisir et vous faire des scénarios — ça, vous savez déjà faire — dans lesquels votre salon serait illuminé en bleu et vert, façon océan, ou peut-être dans un plus chic jaune et violet, voire une ambiance plus romantique, en tons orangé pas trop intense ou si vous êtes complètement daltoniens, vous pouvez tout à fait vous lâcher, personne n’est là pour vous juger !

Vous connaissez Philips Hue, c’est réputé pour permettre tout cela. Et c’est vrai, ça fonctionne. Mais bon, à quatre-vingts euros les deux mètres de ruban à LED… c’est un poil élitiste cette cochonnerie. Alors, parlons de matériel au moins aussi efficace, encore plus versatile et tellement moins cher. Il s’agit bien sûr de matériel chinois, mais de nos jours la technologie asiatique n’est plus nécessairement un gage de mauvaise qualité. Il s’agit donc de « Mi-Light ».

Leur catalogue comprend :

  • des ampoules LED RGB + CCT (Correlated Colour Temperature) qui peuvent reproduire toutes les couleurs du spectre ainsi qu’une large gamme de blancs, grâce à des LED dédiées : du blanc chaud (environ 2700K) jusqu’à du blanc froid (8500K) en passant par le fameux blanc « lumière du jour »,
  • des télécommandes et appliques murales permettant de piloter tous ces éclairages, des contrôleurs pour rubans à LED « basiques »,
  • et des petits boîtiers appelés « ibox » qui dialoguent en WiFi pour que vous puissiez tout commander depuis votre smartphone ET en 433,92 MHz, pour pouvoir rattacher votre configuration à Domoticz !
Poooo…. po po po po poooooo… poooo !!

Voici donc le matériel que je vous recommande si vous voulez vous lancer dans un salon, une chambre, un bureau en Mi-Light :

ObjetLien (Amazon)Prix idéal
Ampoule GU10 — 4W https://www.amazon.fr/dp/B01MTCW3VA 17 €
Ampoule E27 — 12W https://www.amazon.fr/LIGHTEU®-Nouveau-design-télécommande-ampoules/dp/B079WVNJN3 24 €
Ampoule E14 — 5W https://www.amazon.fr/LIGHTEU®-Nouveau-Télécommande-Ampoules-télécommande/dp/B079VPQBK3 18 €
Ruban LED 5 m — 5050 — RGB+W https://www.amazon.fr/XKTTSUEERCRR-RGBW-Imperméable-Lumineux-Décoration/dp/B013B4VTI8 15 €
Récepteur rubans LED RGBW https://www.amazon.fr/KingLed-Mi-Light-récepteur-Multicolore-Gradateur/dp/B01MSSVTZ2 12 €
Alimentation ruban LED (12V – 5A) https://www.amazon.fr/LEDMO®-alimentation-transformateur-adaptateur-ruban/dp/B01MAV5CIE 12 €
Télécommande RGB+CCT https://www.amazon.fr/LIGHTEU®-Télécommande-contrôle-Contrôleur-ampoules/dp/B01N2JV6NI 14 €
Contrôleur mural RGB+CCT https://www.amazon.fr/Kingled-2365-Contrôleur-multicolore-zones/dp/B077TD38WK 22 €
Module iBox https://www.amazon.fr/KingLed-Mi-Light-2-4GHz-produits-MiLight/dp/B06Y5WYH17 20 €

Selon le nombre d’ampoules et de télécommandes dont vous avez besoin, vous pourrez peut-être acheter certains éléments en pack et économiser encore un peu sur la facture globale. Mais dans l’ensemble, ça reste beaucoup moins cher que chez Philips, pour un résultat… bien meilleur !

Pour donner des exemples concrets…

  • Le ruban à LED : on a ici 5 m pour 40 € (ruban + module + alim), alors que les 2 m coûtent 80 € chez Philips !
  • Quant à l’ampoule RGBW, culot E27 : vous avez 12W avec une température de blanc réglable pour 24 €, tandis que Philips ne permet pas de modifier la température du blanc, ne fait que 9.5W et ose en réclamer 60 €.

Et l’interrupteur : là, vous avez une télécommande complète pour toutes vos zones (couleur, température, intensité, saturation, scénarios intégrés, etc.) pour 14 €, quand Philips propose un pauvre bouton ON/OFF avec variateur d’intensité à 19 €.

Maiiiiiiiiiiiiiiiis, Philips c’est mieux !

Le seul truc un peu pénible est l’appairage entre la « iBox » et votre téléphone… Ça marche au bout de trois/quatre essais… faut le savoir, c’est tout ! Mais une fois que c’est appairé, vous êtes tranquilles !

Ah, et l’enregistrement dans Domoticz de la iBox et des quatre zones + la lumière directement intégrée à ce bidule est aussi relativement sport. Voici la configuration de mon matériel dans Domoticz :

Pour ne pas avoir de surprise avec l’adresse IP qui risquerait de changer, je lui ai assigné un bail DHCP fixe sur mon équipement qui distribue les IP de mon réseau — dans mon cas, le NAS, mais pour vous, plus probablement, votre box Internet.

Et lorsque je clique sur « régler le mode » :

Si vous avez tout bien configuré, vous n’avez plus qu’à positionner Domoticz en mode écoute (Paramètres/Autoriser les nouveaux dispositifs pendant 5 minutes), et les quatre zones + la lumière de l’ibox devraient apparaître :

Bon, chez moi, il y a déjà des jolis libellés, mais pour vous, il faudra que vous testiez quel dispositif correspond à quelle zone et que vous cliquiez sur les flèches vertes pour les ajouter à votre configuration et les nommer.

Après cela, vous pouvez donc piloter individuellement avec Domoticz — et Dashticz, depuis vos toilettes ! Chacune de ces zones, pour adapter l’éclairage de votre pièce à vos envies. Vous pouvez aussi préparer des scénarios complets, comme vu dans la partie précédente de cette présentation, pour pouvoir utiliser en un clic des ambiances que vous aurez préprogrammées. La classe, non ?

Bon, alors ça y est, on a fait le tour, n’est-ce pas ?

Débarrassons-nous de l’interface

Vous avez galéré à mettre en place Dashticz ? Et bien il y a mieux, et c’est plus simple — à condition que vous sachiez comment ouvrir l’accès à votre serveur Domoticz depuis Internet —. Vous allez désormais pouvoir entièrement interagir avec votre domotique, à la voix. Uniquement à la voix. Eh ouais !

Il y a deux grandes marques qui fabriquent et vendent des assistants intelligents et performants à contrôle vocal sur le marché : Google et Amazon. Je n’ai pas testé le premier, mais j’utilise depuis plus de six mois « Alexa », le nom de l’assistant(e) d’Amazon via sa gamme de produits « Echo ». D’ailleurs je viens de voir un article récent (13 mai 2019) qui indique que Google Home est compatible avec 10 000 appareils, là où Amazon Echo est compatible avec 60 000 : https://siecledigital.fr/2019/05/13/alexa-60000-appareils-7400-marques/

Et bien, sachez que Domoticz n’est pas directement compatible avec Amazon Echo — pas encore, en tout cas. Mais ça n’est pas grave ! Il y a des petits génies qui ont développé une « skill » — un plug-in — qui se nomme « Controlicz » : https://www.controlicz.com. Alors, c’est payant et c’est 2 £ par mois — ou 20 £ par an si vous voulez vous engager plus longtemps. Personnellement, je trouve que le tarif est plus que raisonnable pour la qualité du service fourni.

Grâce à Controlicz, vous allez pouvoir faire le lien entre vos interrupteurs/capteurs/sondes/scénarios Domoticz et votre appareil Amazon Echo — ou Google Home si vous y tenez vraiment.

Tout ce que vous avez à faire est de positionner vos dispositifs dans des plans, dans Domoticz :

Puis, si ça vous chante, vous pouvez donner des « pseudos » pratiques à vos interrupteurs et scènes en indiquant dans le champ « description » de votre objet : « Controlicz:nom cool »

Configurez ensuite Controlicz comme il faut, et tout devrait remonter comme par magie sur votre interface web :

Il ne vous reste plus qu’à demander à Alexa de synchroniser sa base de données avec Controlicz en lui susurrant dans le creux du microphone : « Alexa, découvre mes nouveaux périphériques ».

Et vous pourrez ensuite lui hurler « Alexa, allume scène petit dèj » ou « Alexa, éteins scène bureau Geek » ou « Alexa, quelle est la température du salon ? »

Et c’est sur cette magnifique victoire que nous terminons cette présentation en trois parties de « comment rendre votre maison intelligente ». Vous possédez désormais une domotique de pointe, un foyer alliant confort, technologie, information et sécurité. Vous êtes fier d’avoir bricolé deux/trois trucs vous-même et de comprendre le fonctionnement complet de tout cet écosystème. Et vous avez maintenant le loisir de frimer auprès de vos potes qui ont acheté des solutions clés en main, chères, limitées et n’offrant pas la moitié des possibilités de votre installation… Ha ha ha !

Étiqueté , , , , , ,

1 commentaire sur “Rendez votre maison intelligente – partie 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.