Il était une fois…

Ce blog, à bien des égards, arrive à se montrer plus utile que je ne l’aurais imaginé au début, en novembre 2016. Depuis, j’ai traversé de longues périodes sans publier quoi que ce soit. Parce que mon boulot me prenait beaucoup de temps, parce que je n’avais rien à dire, parce que j’étais en train d’écrire le troisième tome de Karine et que, franchement, j’avais aucune envie de chercher dans le même temps de la matière pour un site désert.

Mais finalement, lecteurs ou pas, lorsque je parvenais à me donner un objectif de sortir au moins deux, voire trois, articles par mois, j’étais non seulement content du résultat, mais le processus également était très intéressant. Cela me permettait de développer des raisonnements, m’interroger et partager ce processus avec… ben non du coup… avec pas grand monde. En tout cas, tout cela m’aidait à trouver mes réponses à certaines questions. Une sorte de psy gratuit. Et vu sous cet angle, je peux comprendre que ça ne soit pas forcément fascinant pour d’éventuels lecteurs.

Non, ça ira, merci. Je n’ai pas besoin de psy, puisque je vous dis que j’ai un blog !

Sois pas égoïste Steph !

Alors maintenant que je me suis réinscrit dans une dynamique de publications régulières — on parle d’un à deux articles par mois, rien de délirant — je me dis que je pourrais aussi utiliser ce site pour tester des idées en plus de raisonnements.

Du coup, j’ai décidé de commencer à écrire des nouvelles, des histoires courtes et fortes. C’est un format sur lequel je me suis exercé il y a quelques années et que j’ai pratiqué à nouveau ces dernières semaines. C’est plaisant et ça alimenterait bien mon site en contenu intéressant et de qualité.

Ah, et cerise sur le gâteau, toutes les nouvelles ne seront pas forcément tout public, d’ailleurs.

C’est quand est-ce prévu pour ?

Tiens, concours improvisé :

le premier à identifier et à me dire en commentaire d’où sort ce sous-titre grammaticalement catastrophique gagne un exemplaire papier de Karine (le tome de son choix) avec dédicace et marque-pages de la trilogie. Ce concours n’a pas de date d’expiration, mais il est limité aux personnes majeures et à la France métropolitaine — j’ai pas envie de payer 60 € de frais de port hein !

Précision : même si quelqu’un se manifeste très vite avec la bonne réponse, je n’enverrai son lot qu’après la fin de cette période de confinement.

C’est dingue, la pertinence de mes illustrations, non ?

Donc, quand est-ce que je commence à poster des nouvelles par ici ?

Je voulais commencer dès le mois prochain avec « Un homme à la mer », un récit romantique — et tous publics — découpé en deux parties. Mais puisque nous sommes tous bloqués chez nous, et que certains s’ennuient surement, je vais me remonter les manches et avancer sa publication à :

dimanche 22 mars, à 9 h (première partie)
et dimanche 29 mars, à 9 h (seconde partie).

Et la suite ?

Je vais également vous préparer une autre histoire, plus longue, en quatre chapitres, mais ce sera pour cet été. J’ai déjà commencé à faire un brouillon des personnages, lieux et situations. Ça sera une nouvelle à suspense, j’espère que ça vous plaira. Mais pas de précipitations pour le moment, nous en reparlerons d’ici là.

Et on n’y est pas encore non plus, mais j’aimerais faire quelque chose de similaire, mais cette fois-ci plus érotique et chaud, avec un peu de magie de Noël, pour le mois de décembre.

*Ho ho ho ! *

Mais il n’y aura pas non plus que cela, rassurez-vous, je garderai mes articles moins intéressants aussi, aux thématiques diverses et variées. Ce blog restera un vaste foutoir. Hourra !

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.